Le Botox n’est pas l’ami du livre !

13 01 2011

 

Une étude hors norme menée par David Havas, chercheur au département de psychologie de l’université du Winsconsin, démontre que le Botox aurait une incidence sur notre lecture et notre compréhension des émotions explicitées.

David Havas et ses collègues de l’Université du Wisconsin ont, en effet,  injecté du Botox à des jeunes femmes dans certains muscles du front où se forment les rides. Des zones qui servent également à exprimer des émotions négatives comme la tristesse ou la colère. Ils leur ont fait lire des textes suscitant ce type d’émotions négatives, et ont constaté qu’elles mettaient plus de temps à comprendre le sens des phrases. En outre, elles comprenaient entre 5 et 10% de phrases en moins qu’une personne n’ayant pas eu d’injections.

Cette expérience nous montre que les mouvements des muscles du visage servant à exprimer une émotion sont aussi une aide pour identifier l’émotion correspondante à une phrase, car nous la reproduisons de façon imperceptible. Pour conclure et selon leurs propres termes, peut-on dire que « le Botox donne un visage plus lisse, mais aussi une lecture sans relief » ?

 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :