Nouveauté ebook jeunesse – Le cerf aux bois d’argent

15 12 2011

Le texte du Cerf aux bois d’argent m’a séduite par son charme atemporel et sa facture classique évoquant les livres de contes qui ornent les étagères de toutes les chambres d’enfant. Dans la veine des contes merveilleux traditionnels, l’histoire présente une portée universelle, et un dénouement édifiant pour les enfants, leur offrant des repères qui restent toujours autant d’actualité dans la vie moderne.

J’ai été définitivement conquise par ce projet au contact des illustrations de Gabrielle Richard. Son traitement très personnel et engagé du texte lui donne une autre dimension, subjective et onirique. Nous voilà immergés dans un univers surnaturel enveloppant, où couleurs et formes irréelles contribuent largement à l’enchantement.

Les illustrations pleine page très colorées et très riches ont d’ailleurs représenté un défi de mise en page. J’ai en effet constaté après plusieurs essais de typographie que les images « mangeaient » le texte. Nous avons donc travaillé avec Gabrielle sur la solution d’un bandeau semi-transparent de texte entouré d’une frise, avant de trouver cette solution élégante qui laisse vivre le texte tout en respectant l’intégrité des images.

Flora Jannot, directrice de la collection « L’Arche »

Interview des auteurs, Mani et Gabrielle Richard

Mani, quels contes vous ont le plus inspirée pour écrire Le Cerf aux bois d’argent ?

Ceux que m’inventaient ma sœur quand j’étais petite. Je lui suggérais un titre et elle m’inventait une histoire. De cette collaboration enfantine il ne me restait qu’un titre orphelin d’histoire, « le cerf aux bois d’argent ».

Gabrielle, qu’est-ce qui vous a inspiré dans ce texte?

Le texte de Mani est un texte merveilleux, qui va droit au cœur. C’est un conte initiatique qui fait voyager à travers un univers magique. J’ai aimé la relation à la nature, au monde onirique et mystérieux, et le pouvoir de transformation qui existe en chacun de nous. L’histoire m’a vraiment portée et j’étais ravie de pouvoir l’illustrer. Tout coulait de source.

Mani, le thème de votre livre, la fierté et le mépris des autres, vous tient-il particulièrement à cœur ? 

Oui sauf que je ne mélange pas les deux. C’est important pour moi d’être fière de ce que je fais mais pour de bonnes raisons et sans mépriser les autres. Le travail apporte une fierté légitime, l’apparence non car c’est juste une question de chance. Je n’aime pas les gens hautains.

Qu’est-ce qui a motivé votre choix de Gabrielle Richard pour illustrer votre conte ?

C’était une évidence ;-). En parcourant le site de Gabrielle j’ai été interpellée par sa facilité à jongler avec des styles à la fois très originaux et très différents. J’étais vraiment ravie qu’elle accepte d’illustrer mon histoire et je ne savais pas du tout quel style elle choisirait pour ce texte. La surprise a été totale, je suis enchantée du résultat. Ses illustrations sont magnifiques.

Gabrielle, y a-t-il une étape de la quête du Cerf que vous avez pris un plaisir particulier à illustrer ?

J’ai vraiment pris plaisir à illustrer chaque partie du livre, mais le passage où le cerf sauve l’elfe de l’eau n’écoutant que son cœur et laissant ses peurs de côté est celui qui m’a peut être inspiré le plus.

Avez-vous l’habitude de dessiner des animaux ?

J’ai l’habitude de dessiner des animaux : pour les fables de La Fontaine par exemple mais aussi en travail personnel : j’aime mélanger le monde humain, animal, et végétal qui sont fortement connectés.

Quels médiums avez-vous utilisés pour obtenir cette texture veloutée de vos images ?

Pour cette histoire je voulais rester dans un univers sensuel où l’on pouvait sentir la matière (surtout que le livre était destiné à une version écran). Ma « sauce » est un secret de fabrique dont je peux vous donner les ingrédients : encres, crayons, feutres, pastels… Pour le rendu velouté je laisse votre imagination imaginer ;-).

Mani, quelles sortes de livres pour la jeunesse constituent la bibliothèque de vos enfants ?

Beaucoup de livres conservés de mon enfance. Une collection de grands albums de « Caroline et ses amis » de Pierre Probst, une collection de contes illustrés par Adrienne Ségur, des livres se rapportant au film de Cocteau « La belle et la bête », « Reviens papa loup » de Cécile Eyen, « Sapristi » de Luc Turlan, « La belle et la bête » illustré par Emilie Etienne, beaucoup de Disney également. J’ai hâte que ma fille découvre les exemplaires dédicacés que je possède d’ Eric Godeau « The french crow », de Jean-Philippe Pogut « Mahona » et de Téhy « La teigne » et beaucoup de vieux livres illustrés ou scolaires.

« Le cerf aux bois d’argent » de Mani, illustré par Gabrielle Richard, est disponible en version numérique (et bientôt papier ! 🙂 ) sur Bouquineo.fr (4,59€).

 

 

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :