Abandon des DRM : petit à petit…

30 04 2012

S’ils restent appliqués à la majorité des ebooks payants à l’heure actuelle, dans une velléité de protection contre le piratage, les DRM ne font pas moins l’objet de critiques puissantes et grandissantes.

L’actualité récente en a encore montré plusieurs exemples, et, fait notable, provenant d’éditeurs.

Il y a quelques semaines, J.K. Rowling ouvrait son très attendu site Pottermore, destiné à commercialiser les Harry Potter en version numérique, sans DRM, avec un simple watermarking des fichiers (voir notre glossaire si vous n’êtes pas à l’aise avec ces termes !). Fait intéressant : si les livres ont très rapidement fait leur apparition sur des réseaux de piratage, ils en ont aussi vite disparu, et pas par l’intervention de Pottermore mais par une auto-régulation de la communauté de « pirates » qui ont sans doute ainsi voulu saluer l’initiative de Rowlings. Voilà qui devrait être de nature à rassurer les éditeurs encore soucieux de l’avenir de leurs livres non-protégés.

 

Plus récemment encore, un éditeur traditionnel de plus a renoncé à protéger ses ouvrages numériques par DRM : l’éditeur américain de SF et fantasy Tor/Forge. « Nos auteurs et les lecteurs demandent cela depuis un long moment. Ils représentent un groupe techniquement informé et les DRM sont un problème constant pour eux. Ils les empêchent d’utiliser légitimement les livres numériques achetés dans un cadre parfaitement légal, comme les déplacer d’un lecteur ebook à un autre », explique Tom Doherty, le président de cette maison d’édition.

Un autre éditeur avoue même, mais de façon anonyme, pirater les livres qu’il a achetés pour pouvoir les utiliser en toute liberté.

De quoi démotiver les troupes chez les fabricants de DRM ? Depuis l’annonce de l’arrivée du format Epub3 en octobre dernier, Adobe (dont les logiciels sont utilisés par une grande partie des maisons d’édition) n’a pas encore adapté ses outils de protection au nouveau format. Tout en promettant de le faire à terme.

 

Pour information, le 4 mai prochain, aura lieu la journée internationale contre les DRM. Pour en savoir plus, et qui sait, participer ? C’est ici.

Publicités




Et si en vacances vous réserviez un e-reader dans votre hôtel ?

12 07 2011

Alors que certains hôtels d’outre-Atlantique vous proposent des  « Digital Detox », d’autres vous permettent l’accès à des lecteurs et tablettes tout au long de votre séjour. Des établissements qui aident les voyageurs à se désintoxiquer de tous les gadgets technologiques contre ceux qui vous assurent une connexion 24/24h.

Durant les vacances, les gens restent « accros »à leur appareils électroniques, et les hôtels se voient contraints de mettre en place des connexions WiFi en permanence. L’utilisation de son e-reader ou de sa tablette pour télécharger des livres numériques fait désormais partie des choses que l’on souhaite faire, même en vacances. Ainsi, la chaîne Algonquin et les établissements Fairmont (hôtellerie de luxe) ont introduit dans leur offre, respectivement, un prêt de Kindle et un de Readers Kobo. Un ensemble de livres est pré-chargé dans les machines, et d’autres ouvrages peuvent être ajoutés en fonction de la demande des clients.

Après l’initiative des bibliothèques et des hôtels dans le prêt de lecteurs d’ebooks, il serait intéressant de voir cette offre se développer dans d’autres secteurs comme celui du voyage, avec le prêt d’ebook dans les TGV ou l’avion pour les longs courriers.

 

En attendant, préparez vos vacances avec les guides de voyages Lonely Planet.

Des guides numériques, consultables sur tout appareil supportant la DRM Adobe, en format EPUB  et PDF, uniquement chez Fnac. Il sera possible d’acheter des chapitres ou les livres et ainsi de se constituer son propre guide, soit pour les différentes régions des pays qui vous intéressent ou en ciblant des thématiques particulières. Pour l’heure, les versions PDF (216 titres) des guides de voyages sont en vente sur le site de Place des éditeurs et les versions EPUB (650 titres) seront commercialisées à compter du 11 juillet sur la Fnac.com ; chapitre vendu 3,49 € l’unité.





La lecture numérique toujours plus accessible !

9 06 2011

Plusieurs annonces intéressantes de ce point de vue ces derniers jours…
 
< Un accès à l’iBookstore directement depuis iTunes

Jusqu’à présent, il était nécessaire de posséder un terminal Apple pour pouvoir bénéficier des quelques milliers de titres disponibles sur l’iBookstore. Aujourd’hui, avec l’ajout d’un onglet directement intégré dans iTunes, cette librairie est accessible depuis n’importe quelle machine équipée de Mac ou de Windows. Seul bémol, toujours la nécessité de posséder l’application iBooks pour lire les ouvrages téléchargés.

< Une nouvelle application de lecture pour Android : Mantano Reader

Développée par une société française, Mantano Reader permet la lecture d’un grand nombre de formats tels que PDF, EPUB, et même les fichiers protégés par DRM Adobe. Elle dispose également de toutes les fonctionnalités classiques pour annoter, surligner, mais également changer la couleur du texte, le tout accompagné d’un dictionnaire. Enfin, son partenariat avec le réseau social Bookari donne accès à une grande base de livres numériques gratuits, ainsi qu’aux différentes librairies en ligne. Une application payante disponible dans l’Android Market pour 3,99€. A découvrir ici
 
< ASUS lance sa propre librairie virtuelle
 

Nous vous parlions il y a peu du Padfone d’Asus, la société ne s’arrête pas là et sort son Versent ebookstore , une librairie virtuelle réservée aux clients de la marque. Pour accéder aux centaines de milliers d’ebooks disponibles, ils devront être abonnés au service de contenus @Vibe. A côté de cela, cette librairie propose des services annexes tels que les recommandations ou l’achat one-click, directement débité sur le compte Asus @Vibe. A noter que chaque semaine les clients recevront également une offre spéciale sur un livre numérique à tarif préférentiel.

 








%d blogueurs aiment cette page :