Juillet marquera l’arrivée en France du Blackberry PlayBook !

15 06 2011

La tablette de RIM sera bientôt disponible en France : une bonne nouvelle pour ceux qui souhaitent acquérir une tablette numérique combinant usage professionnel et expérience grand public !
 
La société Blackberry s’était déjà illustrée par sa gamme de smartphones à forte orientation professionnelle. Suite à l’engouement suscité par l’iPad d’Apple, elle revient en force avec une tablette 7 pouces qui se distingue principalement de son concurrent par une application Facebook et l’intégration complète des applications Android, sans oublier les indispensables applications PIM (mail, contacts, agenda, notes) qui ont fait sa réputation. Le plus : au contraire de l’iPad qui requiert un forfait 3G spécifique en plus de votre forfait téléphone, le Blackberry Playbook tourne uniquement en WiFi avec la possibilité d’accéder au réseau 3G de votre smartphone Blackberry (ainsi qu’au contenu de celui-ci) !

A découvrir ici et sur notre page consacrée aux tablettes numériques !

Publicités




Cyberlibris fête ses dix ans !

13 05 2011

Cyberlibris a une place un peu à part dans le monde du livre numérique : ils ont été les premiers à proposer une solution d’accès au livre numérique en streaming et sur abonnement forfaitaire, dès 2001.  Leurs principaux clients ? Les bibliothèques et institutions (même si tout individu peut s’abonner directement à leurs services).

Un dixième anniversaire qui est l’occasion de faire le point sur un joli parcours…

Cyberlibris, c’est en effet maintenant :

– 400 institutions abonnées,

– Une présence dans plus de 30 pays,

– Le livre « apporté » aux endroits où il était quasiment inaccessible,

– Plus de 300 000 étudiants qui disposent dans le cadre de leurs études d’un accès permanent à leur bibliothèque numérique,

– Des milliers de professeurs qui accompagnent ces étudiants via la confection d’étagères professorales,

– Plus de 100 000 livres présents dans des étagères individuelles,

– Plusieurs dizaines de milliers d’usagers de bibliothèques municipales et départementales,

– Un accès aux bibliothèques et livres numériques indifféremment via ordinateur et iPad,

– 300 maisons d’éditions sous contrat (dont Chemins de tr@verse ! 😉 ) : françaises, belges, canadiennes, espagnoles, anglaises, américaines, suédoises, italiennes…

– Depuis 2003, plusieurs dizaines de millions de pages de livres lues et/ou imprimées et donc rémunérées aux maisons d’édition et à leurs auteurs,

– Depuis 2003, l’équivalent monétaire d’environ deux millions de livres « papier » vendus, livres qui étaient au mieux photocopiés ou (pire?) inconnus des étudiants.

… mais aussi de s’ancrer fermement dans le futur !

En 2011, Cyberlibris lance Smartlibris, une solution de consultation de livres numériques pour iPad, qui offre à ses abonnés un accès libre à plus de 9000 titres.

Et, préviennent-ils, ce n’est que le début…





Mise à jour de la page « Ebook readers – Tablettes »

18 04 2011

Deux nouvelles tablettes bien adaptées à la lecture numérique débarquent en France !

Il s’agit de la Dell Streak 7 et de la Motorola Xoom.

La Motorola Xoom

La sortie de la Motorola Xoom, relativement abordable, tournant sous Android et bénéficiant d’une connexion Internet et d’accès natif au service Google eBooks, vient compléter les jalons qui se posent progressivement autour de l’offre Google de livres numériques. La sortie, proche nous l’espérons (pas encore de date annoncée, malheureusement !), de la version française de Google eBooks devrait faire de cette tablette un outil de lecture très intéressant.

La Dell Streak 7

Dell cherche également à renforcer son positionnement sur le marché des tablettes de loisir avec la sortie de la Dell Streak 7, pensée pour assurer le divertissement de toute la famille à petit prix, et avec une composante « lecture » marquée puisque Blio et le Kindle Store y sont présents de manière native.

Plus de détails sur ces deux modèles dans notre page Ebook readers – Tablettes !





Apple et le livre numérique : vers un point de bascule ?

11 04 2011

Malgré les résultats plutôt décevants pour le moment d’Apple dans le marché du livre numérique (Amazon conserverait 80% de ce marché aux Etats-Unis !), et malgré la prédominance sans appel des jeux vidéos dans les pratiques des utilisateurs d’iPad, les innovations se déchaînent ces temps-ci dans l’environnement Apple en matière de lecture numérique.

Beaucoup de ces innovations viennent bien sûr d’acteurs extérieurs.

Les mises à jour des applications de lecture existantes se succèdent (c’était le tour de l’application GoogleBook ces derniers jours !) et participent à la création d’un environnement de lecture toujours plus fluide, plus rapide, plus intuitif.

De nouvelles applications de lecture aux fonctionnalités plus sophistiquées font leur apparition, ainsi l’application de lecture sociale lecteurs.com lancée récemment par Orange (pendant iPhone/iPad/iPod Touch du réseau social de lecture articulé autour du site http://www.lecteurs.com).

Des applications-livres enrichies paraissent régulièrement, notamment pour la jeunesse, ainsi cette version du Petit chaperon rouge sortie au début du mois :

Mais Apple lui-même semble vouloir faire évoluer ses appareils vers une meilleure gestion de la lecture numérique.

Au niveau logiciel, c’est l’application iBooks qui vient d’être mise à jour afin d’ouvrir automatiquement tout document ePub consulté, depuis Safari par exemple. Cela évite à l’utilisateur la perte de temps et la pénibilité liés au fait de devoir importer systématiquement ses fichiers ePub sur son iPhone/iPad/iPod Touch par synchronisation avec son ordinateur, en utilisant le logiciel iTunes.

Mais il semblerait que se profile aussi à l’horizon une évolution matérielle en faveur de la lecture numérique ! On vient en effet de découvrir qu’Apple a déposé deux brevets relatifs aux « systèmes et méthodes pour la commutation entre un affichage de papier électronique et l’affichage vidéo », laissant présager d’un éventuel iPad 3 que l’utilisateur pourrait faire basculer, au gré de ses besoins, d’un affichage LCD (plus propice aux activités de type jeux vidéos) à un affichage e-ink (plus propice à la lecture numérique, et moins gourmand en énergie !). La demande de brevet a été faite en 2009, mais rendue publique ces derniers jours seulement. L’appareil ressemblerait à ça :

On ne voit pas une telle effervescence du côté d’Amazon… Ce cumul d’innovations va t-il finir par faire atteindre à la firme à la pomme un point de bascule et un changement de position conséquent sur le marché du livre numérique ?





Pourquoi lit-on moins vite sur les lecteurs numériques ?

1 04 2011

eBookmarket s’est interrogé dans une nouvelle étude sur le temps de lecture d’un livre en fonction du support sur lequel il est lu. Les participants ont ainsi été invités à lire un même ouvrage en version papier, sur iPad, sur Kindle et sur PC.

Les conclusions sont sans appel, nous mettrions plus de temps à lire sur un e-reader ou une tablette. Nous lirions en moyenne 6,2%  moins vite sur iPad que sur papier et, plus étonnant encore, 10,7% moins vite sur Kindle. Les raisons avancées par l’étude sont une question de poids (notamment pour iPad), de contraste, de taille d’écran et donc de quantité de texte affiché pour les liseuses. L’affichage d’une seule page à la fois, et la perte de temps lié au fait de tourner une page sur une liseuse, sont également pointés du doigt.

 D’autres études se sont intéressées à ce phénomène et plus précisément au mouvement des yeux pendant la lecture.

Thierry Baccino, directeur scientifique à la Cité des sciences et de l’industrie de La Villette, a ainsi démontré que nous lirions 25 % moins vite sur un écran rétro-éclairé  de type iPad. Deux points de fixation sur le même mot sont en effet nécessaires pour le lire quand un seul point est suffisant pour l’encre électronique, présente sur la plupart des liseuses et le papier. 

Mais lire moins vite, qu’est-ce que cela signifie ? La lecture est avant tout un acte personnel où chacun va à son rythme. Une lecture rapide présuppose-t-elle une bonne qualité de lecture ou de mémorisation ? Les objectifs d’une lecture à une autre diffèrent ; nous ne prêtons pas la même attention lorsque nous lisons une brève fantaisiste ou un article scientifique.

Par ailleurs, une autre étude, nous montre qu’au contraire, on se souviendrait moins d’un ouvrage que l’on aurait « bien » lu. C’est à dire que plus la lecture est difficile, meilleure en est la mémorisation. Ainsi on se souviendrait davantage d’un livre lu si la typographie n’était, par exemple, pas uniforme. De quoi se retourner la tête face à autant de discours et d’études discordantes !

Et vous, qu’en pensez-vous ?





TouchyBooks : pour ne plus raconter d’histoires aux enfants !

29 03 2011

Apple propose de nombreuses applications pour développer la lecture enrichie ; une manière de faire découvrir et aimer la lecture des plus petits aux plus grands. TouchyBooks en fait partie.

Dédiée aux enfants de six ans et plus, TouchyBooks, c’est un catalogue d’ouvrage interactifs dans lesquels l’enfant devient à son tour un des éléments de l’histoire. Il décide de passer d’une étape à une autre, ouvre des portes, déclenche des sons, choisit son rythme de progression, etc. Une façon simple et agréable d’occuper votre enfant seul et de lui faire découvrir les joies de la lecture !

Touchybooks est une initiative récente, leur catalogue est donc encore peu développé, mais cela évoluera sans doute rapidement et mérite déjà le coup d’œil ! Des ouvrages en français sont d’ailleurs disponibles !

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à aller faire une petite visite sur le site !





Bescherelle signe son grand retour, sur iPad !

22 03 2011

Le papier, support de prédilection des dictionnaires, c’est du passé ! Les voilà qui se refont une nouvelle jeunesse, sur le net mais aussi sous forme d’application à moindre prix. Ainsi, sur l’iPad, l’iPhone et l’ iPod  le Bescherelle des synonymes/antonymes/paronymes est à portée de clic pour 3 euros. Pas une révolution, certes, mais un sacré gain de place !

D’autres dictionnaires sont disponibles, comme l’indispensable Petit Robert à 7€. La recherche rapide et intuitive a de quoi convaincre les plus réfractaires aux volumes lourds et poussiéreux de notre enfance, et de quoi révolutionner l’univers des recherches étudiantes, loin de Wikipédia et Google Search, la hantise des professeurs !

Pour trouver le mot juste en toutes circonstances, faites un tour par ici !

Si c’est un problème de conjugaison alors allez par là !








%d blogueurs aiment cette page :