Ebook readers : quand les classiques se refont une beauté

21 09 2012

La rentrée 2012 se caractérise pour le moment, du côté des e-readers, par le rafraîchissement des gammes dominantes d’ebook readers (Sony, Kobo, Kindle…). Un petit point sur ces nouveaux-venus pas si nouveaux que ça…

 

Le Sony PRS-T2

« Une liseuse jumelle du premier modèle T1 » ? C’est en tous cas l’avis de Les Numériques. D’un format comparable au PRS-T1 (voir notre description ici), elle possède néanmoins une interface améliorée par rapport à ce dernier, permettant d’accéder instantanément à sa lecture en cours, à sa bibliothèque (que l’on peut organiser comme on l’entend) et à la librairie intégrée – les fonctions les plus communément utilisées. Cette liseuse bénéficie aussi plus de fluidité quand on tourne les pages, et d’une meilleure batterie (7 semaines d’autonomie annoncées si on n’utilise pas le Wifi, contre 4 semaines pour le PRS-T1).

Du côté des nouvelles fonctionnalités, on peut noter la présence d’un navigateur web et d’applications permettant de se connecter depuis la liseuse à ses comptes Facebook ou Evernote. Si le PRS-T2 offre l’accès à des traducteurs multi-lingues et à la recherche dans Google ou Wikipedia, il est étonnant, et décevant, qu’il ne propose toujours pas de dictionnaire français embarqué. Autre point négatif, contrairement au PRS-T1, le PRS-T2 ne gère pas l’audio, on ne peut donc pas y lire de livres audio ou utiliser de fonction Text-to-speech.

La grande nouveauté du PRS-T2, c’est en fait la présence d’une librairie embarquée, en lien avec Chapitre.com, proposant un catalogue de130 000 livres en français, et jouant le jeu de l’ouverture : format Epub, watermarking plutôt que DRM, et possibilité via la plateforme d’applications ou via le navigateur web de s’approvisionner directement par d’autres sources que cette librairie. Sans doute l’argument le plus convaincant de cette nouvelle liseuse, vendue tout de même 149€.

Découvrir le Sony PRS-T2 en vidéo (en anglais) :

 

Les Kobo Glo, Kobo Mini, Kobo Arc

Du côté de chez Kobo, c’est trois nouveaux venus qui viennent enrichir la gamme cet automne.

Le Kobo Glo marque une véritable avancée technologique puisqu’il propose un écran e-Ink Pearl XGA Haute Définition associé à la technologie LightLux pour permettre au lecteur de lire de nuit avec le même confort qu’en journée (à tester!). Pour le reste, les caractéristiques techniques ne changent pas par rapport au Kobo Touch, à quelques petits détails près (le Kobo Glo est légèrement plus petit que son prédecesseur ; il offre 24 tailles de police au lieu de 17 précédemment ; il semble ne plus supporter le format Mobi ; par exemple). Ce qui n’est pas une tare, eu égard au succès du Kobo Touch. Il sera disponible à partir du 15 octobre pour 129,90€ (les pré-commandes sont déjà possibles sur le site de la Fnac).

En plus du Kobo Glo ont été annoncés le Kobo Mini, une version « de poche » (5 pouces) du Kobo Touch), et le Kobo Arc, une tablette conçue pour faire concurrence à la Kindle Fire d’Amazon, mais pour acheter ces deux derniers modèles en France, il semble qu’il faudra encore attendre un peu. Cette nouvelle gamme d’e-readers, très complète, devrait aider Kobo/Fnac à renforcer leur position dominante sur le marché français.

Découvrir la gamme Kobo en vidéo (en anglais) :

 

Le Kindle Paperwhite

Annoncé à peu près en même temps que le Kobo Glo, mais pas disponible en France avant 2013 à l’inverse de ce dernier, le Kindle Paperwhite offre la même avancée technologique : un écran de qualité améliorée (212ppi, 25% de contraste en plus annoncés) avec rétro-éclairage pour pouvoir lire la nuit. Amazon ne s’arrête cependant pas à cela ; l’interface et la qualité du tactile ont également été améliorés pour ce nouveau Kindle, qui annonce également de bonnes performances de batterie (jusqu’à 8 semaines si on n’utilise pas de connexion Internet), mais en revanche, reste toujours aussi fermé que ses prédecesseurs : le format Epub n’est toujours pas pris en charge. Le Kindle Paperwhite sera comme ses prédecesseurs disponible en version Wifi ou 3G, à des tarifs très bas ($119 ou $179 avec la 3G, aux Etats-Unis).

Voici une petite démonstration vidéo (en anglais, toujours !) :

Nous avons maintenant hâte aux premiers retours utilisateurs sur ces nouveaux venus ! Si vous avez eu l’occasion de tester une de ces machines, n’hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé dans les commentaires !

Publicités




Comment lit-on sur liseuse aujourd’hui en France?

24 01 2012

Le blog du Monde : Lafeuille vient de publier les résultats d’un sondage sur les utilisateurs de liseuses électroniques.

Ce qui nous permet de faire un rapide bilan des pratiques de lecture actuelles sur liseuses.

Les internautes ayant répondu à ce sondage sont en majorité des hommes, gros lecteurs voire très gros lecteurs et utilisateurs assidus de leur liseuses achetées depuis plus 6 mois.

La liseuse est utilisée pour la lecture de livres principalement mais aussi pour la lecture d’articles ou encore de documents non édités.

Les livres lus sont pour la grande majorité de la littérature, de la science-fiction ou des polars.

Ce sondage montre la grande « diversité des sources d’approvisionnement » en e-books puisque moins de 10 % des livres numériques ont été achetés.

Bien que les constructeurs de liseuses numériques mettent en avant la possibilité de surfer sur Internet ainsi que d’annoter les livres, ces deux possibilités ne sont pas vraiment exploitées en pratique, puisque 70% des utilisateurs d’e-readers ne l’utilisent pas pour aller sur Internet et 60% n’annotent rarement voir jamais leurs livres numériques.

Pour les e-lecteurs, les éléments positifs d’un e-reader sont la mobilité, le confort de lecture ainsi que la capacité de mémoire.

Les internautes sondés déclarent à 36% que la couleur est l’élément manquant le plus aux liseuses, et les constructeurs l’ont bien compris puisque de nombreux écrans couleurs ont vu le jour ces derniers temps.

Pour voir l’intégralité du sondage du blog Lafeuille, c’est par ici !





Ca bouge du côté des e-readers !

18 05 2011

C’est le printemps, tout bourgeonne, y compris dans le domaine du livre numérique ! Cette semaine, les annonces se sont succédées qui ouvrent des perspectives sympathiques pour l’avenir des tablettes de lecture.

Dans un avenir très proche, cela semble désormais officiel, le Kindle arrive en France ! Amazon est en effet en plein recrutement d’équipes pour gérer son implantation européenne, et notamment française. Nous ne pouvons que nous réjouir de cette nouvelle, car pour avoir testé un certain nombre d’e-readers, le Kindle est clairement un de nos favoris. Il a ce « petit quelque chose en plus » qui fait que l’on se sent très vite à l’aise avec, et que l’on s’y attache rapidement autant (voire plus ? 😉 ) qu’à un livre papier… Seul hic jusqu’alors : l’appareil était « trop américain ». Non seulement on ne pouvait le commander que depuis le site Amazon Etats-Unis (ce qui impliquait de longues semaines d’attente de livraison pour l’impatient ayant hâte de tenir sa nouvelle machine entre les mains !), mais en plus, l’interface était uniquement disponible en anglais, et le Kindle store ne contenait qu’un nombre relativement limité de livres en français… Il faudra attendre les prochaines annonces d’Amazon pour être sûrs que ces problèmes appartiennent au passé. Pour l’heure, ce qui semble certain, c’est que le Kindle sera disponible d’ici quelques mois directement sur le site d’Amazon France, et qu’il devrait coûter entre 139€ (modèle de base) et 189€ (avec 3G).

Dans un avenir un peu plus lointain, plusieurs terminaux de lecture (ou permettant entre autres la lecture) très innovants semblent bien partis pour voir le jour commercialement.

Nous vous avions parlé récemment du Paperphone, qui explore la piste des écrans électroniques souples. Cette semaine, plusieurs autres outils intéressants ont été présentés :

  • le Readius, un e-reader de poche, pliable et enroulable. La société Polymer Vision travaille dessus depuis plusieurs années déjà. Après sa faillite en 2009, tout le monde pensait ce projet abandonné, mais manifestement le repreneur Wistron a décidé de le garder et une nouvelle version du Readius vient d’être présentée. La nouveauté : un écran couleur. Pour plus d’informations, techniques ou commerciales, il faudra encore attendre un peu…
  • le Kineo, une tablette Android conçue pour un usage scolaire, par la société Brainchild. Elle est pour le moment réservée aux écoles américaines, très friandes de ce type d’outils, notamment dans la perspective d’économiser sur leurs achats de manuels scolaires. Il n’est cependant pas impensable que par la suite, le Kineo s’adapte à d’autres marchés, ou inspire des initiatives similaires par chez nous… Depuis quelques années, le gouvernement français soutient assez dynamiquement les expériences d’intégration d’outils électroniques dans les écoles…
  • une tablette e-Ink à double écran ayant la capacité de communiquer avec les autres outils électroniques environnants. Cette étonnante tablette, qui ne semble pas encore avoir de nom et encore moins de planning de commercialisation (il ne s’agit à l’heure actuelle que d’un prototype !), conçue par l’université de Maryland avec l’aide de Microsoft Research, peut se cliper sur une autre machine grâce à une connexion magnétique mais également échanger des informations avec d’autres machines grâce à une connexion sans fil. Démonstration en images (en anglais) ici…

De quoi envisager un bel avenir pour les tablettes à encre électronique, peut-être un peu trop vite considérées comme dépassées par certains avec la déferlante des tablettes de type iPad…








%d blogueurs aiment cette page :